Les coulisses de la vinification du vin rosé

Symbole de l’été et des soirées entre amis, le vin rosé connaît, ces dernières années, un véritable succès. Ce vin décomplexé qui séduit beaucoup répond toutefois à une technique de vinification particulière, faisant de lui un vin unique, à consommer tout au long de l’année.

 

Le rosé français en quelques chiffres

Premier pays producteur, importateur et consommateur de vin rosé, la France produisait en 2017 près de 6 millions d’hectolitres de rosé, soit 28 % de la production mondiale. Parmi les régions de France les plus productives, c’est indéniablement la Provence qui se démarque, représentant près de 40 % de la production nationale. La Provence est d’ailleurs la première région productrice de vins rosés AOP.

 

Les cépages rois du vin rosé

Pour produire un vin rosé de qualité, le choix du cépage est primordial. Ainsi, les vignobles méditerranéens sont particulièrement propices à une production de vins rosés d’exception. Les cépages incontournables sont donc le Grenache, la Syrah, le Cinsault, le Cabernet Franc, le Pinot noir, le Merlot, ou encore le Mourvèche. Ils ne sont toutefois pas les seuls cépages de vin rosé en France, car ce vin est produit dans pratiquement tout le pays.

Si on s’arrête aux Côtes de Provence rosés, particulièrement réputés pour leurs rosés de qualité, les cépages privilégiés sont alors le Cinsault, le Grenache, la Syrah, le Mourvèdre et le Tibouren.

 

La couleur unique du vin rosé

Contrairement aux idées reçues, la jolie couleur du vin rosé ne s’obtient pas en assemblant un vin rouge et un vin blanc. La technique de vinification est bien plus complexe, et la couleur rosée résulte d’un temps de cuvaison scrupuleux.

C’est en effet la durée du contact entre les pigments rouges de la peau du raisin noir et le moût qui permet d’obtenir une couleur plus ou moins dense. Ainsi, plus les peaux seront en contact avec le jus du raisin, et plus la teinte sera prononcée.

 

La vinification du vin rosé

Pour obtenir un vin rosé aux arômes équilibrés et à la couleur parfaite, la vinification doit respecter un processus en plusieurs étapes. Après la récolte du raisin, et l’égrappage (séparation des baies et de la rafle), trois techniques de vinification du vin rosé sont possibles.

  •   La vinification par pressurage direct : les raisins sont immédiatement pressés avec un pressurage lent, afin d’obtenir un jus directement mis en fermentation. Cette technique donne un vin rosé pâle ;
  •   La macération pelliculaire : après foulage, et avant pressurage, le moût macère pendant 2 à 20 heures. La macération pelliculaire permet d’avoir un rosé plus coloré ;
  •   La méthode de la saignée : cette technique consiste à prélever le jus en macération depuis quelques heures d’une vendange de vin rouge mise en cuve. Le résultat est alors plus tannique et puissant.

 

Vous êtes curieux d’en savoir plus sur la vinification du vin rosé ? Profitez d’une visite des caves d’Ultimate Provence pour obtenir toutes les réponses à vos questions autour d’une dégustation de nos meilleurs vins.